Protégé : Saint Graal

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités

Chou blanc

Comme les palombes, je migre chaque année de la Bourgogne polaire vers le sud-ouest pour chercher un peu plus de soleil, partager un bon repas, de bons pinards et espérer inviter à notre table celles qui nous font tant tourner la tête !

Mais les pigeons ramiers ont préféré nous toiser vendredi dernier !

Malgré tous les efforts mis en œuvre par notre aiguilleur du ciel, les nuages à points noirs sont restés fidèles leur trajectoire. Certainement pressés de retrouver leur résidence d’hiver, de l’autre côté des Pyrénées , ils n’ont même pas pris la peine de faire une halte dans ce petit bois de Ribérac.

Les malheureux auraient ils enfin compris qu’ils pourraient laisser quelques plumes à faire escale à la cime des chênes ?

Mais Pascal, Yannick et Patrick (dit « le vieux » ;-) n’en sont pas à leur première journée blanche. Il en faudrait bien plus pour les décourager puisqu’ils reviendront demain, et ce, pendant six semaines pour jouer les aérodromes automnaux à pigeons naïfs .

Et tant qu’il y aura un casse croute toujours aussi luxueux, vous pourrez compter sur moi !

P1500057P1500069P1500009 - Version 2P1500019Les domestiqués ou « appelants »

P1500025P1500108Privilège !

P1500042Poste d’aiguillage

P1500046P1500044P1500010P1500047P1500095P1500048P1500031P1500064 - Version 2P1500066P1500109P1500114Les deux seules cartouches tirées

P1500115Et quoi de mieux pour continuer le week end qu’un passage sur le bassin ?!

P1500120

Pour 2 à 4 personnes :

Prenez une bouteille, suivant vos goûts, de bonne à très bonne,

N’allez donc ni chez Nicolas, ni chez Michel E. Leclerc ni même chez Jean Michel Carrefour,

Dans l’exemple nous prendrons cette fringante bouteille de Savoie.

Invitez un convive. Plus c’est mieux mais moins c’est dangereux,

Après avoir pris soin de laisser ladite bouteille se rafraichir tranquillement au frigo,

Equipez vous de tout ce qui peut ressembler à un tire bouchon,

Installez vous face au frigo et prenez votre mal en patience…

Le moment venu, sortez votre arme et extirpez le bouchon dans un « ploc » délectable puis sentez celui-ci, ça fait bien.

D’un geste assuré, servez généreusement vos convives dans des verres qui en méritent le nom,

Mettez ensuite votre téléphone en mode avion et installez votre pif au dessus du contenant.

Vous sentez ? Prenez le temps de humer ce doux parfum…

Si ça ne sent rien c’est que vous vous êtes endormis devant le frigo,

Si ça ne sent pas bon, reprenez à l’étape une.

Si ça sent bon, c’est bon signe.

Inutile de parler, lisez simplement sur le visage de vos hôtes l’effet du breuvage.

Normalement ils ne peuvent pas bluffer.

Dans un consensus muet mais solennel, basculez alors le contenu dans votre bouche.

Si ça ne goute rien, vous avez peut être confondu frigo et freezer.

Si ça ne goute pas bien, il est possible que vous ayez à revenir à la première étape.

Si ça goute bien, répétez l’étape jusqu’à ce que le verre, voire la bouteille, s’épuise.

Renouvelez ainsi le protocole autant de fois que nécessaire, c’est bon pour la santé on vous dit !

P1490112

La cuvée Sansoufrir est un vin de Savoie à base de Jacquère. Son nom peut induire en erreur puisque juste ce qu’il faut de soufre a été ajouté à la mise, donc à ne pas prendre pour du sans soufre. 

Ce vin a ce fin nez de pomme poire, légèrement oxydé qui n’est pas sans rappeler celui du Chenin ou du Gringet. Le tout servi sur un subtil équilibre d’acidité et de gras.

J’aime !